Évangile, méditation et prière de la semaine

par Paroisse St Théodore de l'Alliance

Évangile, méditation et prière de la semaine

" CONVERTISSEZ-VOUS ET CROYEZ À L'ÉVANGILE "

 

 

 

 

PRIÈRE DU MATIN DE SAINT FRANÇOIS D'ASSISE

 

Seigneur,

dans le silence de ce jour naissant,
je viens te demander la paix, la sagesse, la force.
Je veux regarder aujourd’hui le monde
avec des yeux tout remplis d’Amour,
être patient, compréhensif, doux et sage,
voir au-delà des apparences tes enfants
comme tu les vois toi-même,
et ainsi, ne voir que le bien en chacun.

Ferme mes oreilles à toutes calomnies,
garde ma langue de toute malveillance,
que seules les pensées qui bénissent
demeurent en mon esprit,
que je sois si bienveillant et si joyeux
que tous ceux qui m’approchent
sentent ta présence.

Revêts-moi de ta beauté, Seigneur,
et qu’au long du jour je te révèle.

Amen

 

 

Le 08 12 2022  Immaculée Conception de la Vierge Marie

 « Je te salue, Comblée-de-grâce, le Seigneur est avec toi »  

 

&

 

Le 11 12 2022    3ème Dimanche de l'Avent, dimanche de Gaudete — Année A    

 « Es-tu celui qui doit venir, ou devons-nous en attendre un autre ?»  

&&&

 

Ô Mère de miséricorde,                     

Nous confions à ton cœur et à ton amour le peuple entier et l'Église de cette terre.                                        

Garde-nous de toute injustice, de toute division, de toute violence et de toute guerre.                                            

Garde-nous de la tentation et de l'esclavage du péché et du mal.

 

 

Le 08 12 2022  Immaculée Conception de la Vierge Marie

 « Je te salue, Comblée-de-grâce, le Seigneur est avec toi »  

Luc 1,26-38

26 Le sixième mois, l’ange Gabriel fut envoyé par Dieu dans une ville de Galilée, appelée Nazareth,

27 à une jeune fille vierge, accordée en mariage à un homme de la maison de David, appelé Joseph ; et le nom de la jeune fille était Marie.

28 L’ange entra chez elle et dit : « Je te salue, Comblée-de-grâce, le Seigneur est avec toi. »

29 À cette parole, elle fut toute bouleversée, et elle se demandait ce que pouvait signifier cette salutation.

30 L’ange lui dit alors : « Sois sans crainte, Marie, car tu as trouvé grâce auprès de Dieu.

31 Voici que tu vas concevoir et enfanter un fils ; tu lui donneras le nom de Jésus.

32 Il sera grand, il sera appelé Fils du Très-Haut ; le Seigneur Dieu lui donnera le trône de David son père ;

33 il régnera pour toujours sur la maison de Jacob, et son règne n’aura pas de fin. »

34 Marie dit à l’ange : « Comment cela va-t-il se faire puisque je ne connais pas d’homme ? »

35 L’ange lui répondit : « L’Esprit Saint viendra sur toi, et la puissance du Très-Haut te prendra sous son ombre ; c’est pourquoi celui qui va naître sera saint, il sera appelé Fils de Dieu.

36 Or voici que, dans sa vieillesse, Élisabeth, ta parente, a conçu, elle aussi, un fils et en est à son sixième mois, alors qu’on l’appelait la femme stérile.

37 Car rien n’est impossible à Dieu. »

38 Marie dit alors : « Voici la servante du Seigneur ; que tout m’advienne selon ta parole. » Alors l’ange la quitta.

- Acclamons la Parole du Seigneur

 

Que veut dire Immaculée Conception ?                

Marie sans péché, est-ce dans les textes ?

J. N. : Ce que les Évangiles nous disent de Marie se trouve principalement dans les deux premiers chapitres de Luc. On voit aussi Marie au pied de la Croix, notamment dans l'Évangile de Jean. On la sait présente tout au long de la vie de Jésus et dans les débuts de l'Église. Dans le texte de l'Annonciation, l'ange Gabriel apparaît à une jeune fille nommée Marie, en Galilée. Il lui annonce la venue de Dieu en elle, et Marie répond Oui.

Là on parle de la virginité de Marie. Mais Marie sans péché ne figure pas dans l’Évangile ?

J. N. : Non, pas vraiment. Mais il faut se souvenir que dans la foi chrétienne, tout ce que l'on dit de Marie provient de ce que l'on a découvert de Jésus. La foi des premiers siècles, en se déployant, a dû trouver ses mots et se définir en s'affrontant à une pensée souvent contraire, à des courants de division, à des hérésies... Ce sont les conciles des premiers siècles qui sont parvenus à dire avec clarté que Jésus était vrai Dieu et vrai homme. Dès lors, s'il est vrai Dieu et vrai homme, Marie est mère de Dieu ! Et Marie, étant mère de Dieu, n'a pas pu connaître le péché. D'où cette affirmation : Marie est conçue sans péché.

Si elle est conçue sans péché, cela veut-il dire que tout au long de sa vie, elle ne s'énerve jamais, ne se met jamais en colère, enfin toutes ces petites choses que l'on connaît ?

J. N. : Quand on dit que Marie est conçue sans péché, cela veut dire que dès le début, elle est dans la clarté totale. Elle est dans une disponibilité totale, une terre vierge sur laquelle Dieu peut écrire son projet. Après, s'est-elle mise en colère ? J'imagine que oui, elle n'a pas été exemptée de vivre une vie humaine. Seulement elle a vécu dans la clarté totale de Dieu. Il y a des colères qui endommagent les autres, et il y a de saines colères, Jésus en a eu lui aussi.

Mais ce qu'on appelle le péché, cette séparation d'avec Dieu, elle ne l'a pas connu du tout ?

J. N. : C'est inconcevable. Elle en a été préservée entièrement, c'est la foi de l’Église. Corrélativement, on affirme aussi l'Assomption de Marie, qui dit qu'elle n'a pas connu non plus la dégradation de la mort. Les deux dogmes de l'Immaculée Conception et de l'Assomption datent respectivement de 1854 et de 1950, et sont liés.

C'est bien à Lourdes que Marie a dit à la petite Bernadette : «Je suis l'Immaculée Conception» ?

J. N. : Oui, en 1858, Marie le lui dit en patois, et Bernadette répète jusque chez le curé Peyramale cette affirmation qu'elle ne comprend pas, et qui laisse le curé étourdi d'entendre de la bouche de cette illettrée l'affirmation que l’Église vient de prononcer quatre ans plus tôt.

Cela prouve que c'était important pour la foi ? Tout de même, il n'y a que les catholiques qui reconnaissent Marie sans péché !

J. N. : C'est exact. Tous les chrétiens reconnaissent Marie mère de Dieu, mais seuls les catholiques insistent sur le dogme de l'Immaculée Conception. Pour notre foi, c'est une manière d'aller plus loin dans la compréhension de Marie.

Dans notre vie quotidienne, qu'est-ce que cela dit ?

J. N. : Cela dit ce qui se révèle en nous, cette clarté de Dieu qui peut s'installer petit à petit. L'immaculée Conception, l’Église l'affirme uniquement de Marie. A ce titre elle est différente de nous. Marie, telle que les Évangiles la présentent et telle que la foi de l’Église la comprend, nous montre ce que devient un être quand il se laisse toucher intégralement par l’Évangile. Et nous rencontrons des gens qui vivent de cette clarté totale, et qui sont en très grande proximité avec Marie.

Cela veut dire que même si nous ne sommes pas conçus sans péché, nous pouvons essayer de ressembler à Marie ?

J. N. : Je le crois, parce que nous ne sommes pas faits pour vivre dans le péché. Le péché, c'est une corrosion, une usure dans notre relation avec Dieu. Nous sommes faits pour vivre dans cette clarté et cette intimité de Dieu, ce choix de Dieu de notre part qui transforme notre vie et nos relations quotidiennes.

Mais comment faire au jour le jour ?

J. N. : Au jour le jour, il faut faire comme Marie : être disponible à une parole qui vient de Dieu. Ce n'est pas de nous que viendra la transformation, c'est d'une parole entendue, que nous laisserons irriguer notre vie. Marie donne pleinement sa vie, Jésus appelle à le suivre, il dit au pécheur : « Tu es pardonné », à la femme adultère « Va et ne pèche plus »... Quand nous laissons toutes ces paroles imprégner notre cœur, elles bouleversent notre vie et petit à petit la rapprochent de Dieu. C'est cela que Marie a vécu, cette proximité infinie. C'est pourquoi elle nous est présentée comme un modèle, bien qu'elle soit, comme disent les textes, «de notre race».

Cela veut-il dire qu'il faut lire un passage de la Bible tous les jours ?

J. N. : Bien sûr ! Il faut pratiquer une écoute attentive de la Parole, une écoute amoureuse aussi. Quand l’Évangile dit que Marie « gardait toutes ces choses en son cœur », elle qui vivait avec les Écritures de son peuple, ce qu'elle gardait dans son cœur, c'est cette rencontre de Dieu. Et cette rencontre très spécifique, elle la faisait en voyant vivre Jésus, qui l'a plus d'une fois désarçonnée. Comment faisait-elle pour vivre ? Comme vous et moi, en essayant de retrouver où était le cap, et c'était pour elle dans cet enracinement dans la Parole de Dieu. La tradition chrétienne a d'ailleurs beaucoup représenté Anne, la mère de Marie, en train d'apprendre à sa fille toute petite à lire la Torah.

Si je comprends bien, ce dogme n'est pas fait pour nous éloigner de Marie, mais pour nous montrer qu'on peut devenir comme elle.

J. N. : Il nous montre que c'est possible dans un être, et que c'est un aimant pour nos vies.

Possible dans un être, mais pour nous ? Pouvons-nous, non pas être conçus, mais devenir sans péché ?

J. N. : Je crois que c'est notre désir le plus profond. Et Marie dans l’Évangile nous montre que c'est possible, concrètement possible. Vous et moi, touchés par l’Évangile, pouvons rayonner de l’Évangile. Alors on pourra dire un jour de nous aussi : « En eux le Verbe s'est fait chair », « la Parole de Dieu a pris corps ».

P. Jacques Nieuviarts, assomptionniste                    

Propos recueillis par LaCroix

Avec l'Immaculée Conception, l'Église déclare que Marie est préservée du péché

&&&

 

Jacques 5, 7-10

Frères,
en attendant la venue du Seigneur,
prenez patience.
Voyez le cultivateur :
il attend les fruits précieux de la terre avec patience,
jusqu’à ce qu’il ait fait la récolte précoce et la récolte tardive.
Prenez patience, vous aussi, et tenez ferme
car la venue du Seigneur est proche.
Frères, ne gémissez pas les uns contre les autres,
ainsi vous ne serez pas jugés.
Voyez : le Juge est à notre porte.
Frères, prenez pour modèles d’endurance et de patience
les prophètes qui ont parlé au nom du Seigneur.

 

 

Le 11 12 2022    3ème Dimanche de l'Avent, dimanche de Gaudete — Année A    

 « Es-tu celui qui doit venir, ou devons-nous en attendre un autre ?»  

Matthieu 11,2-11

02 Jean le Baptiste entendit parler, dans sa prison, des œuvres réalisées par le Christ. Il lui envoya ses disciples et, par eux,

03 lui demanda : « Es-tu celui qui doit venir, ou devons-nous en attendre un autre ? »

04 Jésus leur répondit : « Allez annoncer à Jean ce que vous entendez et voyez :

05 Les aveugles retrouvent la vue, et les boiteux marchent, les lépreux sont purifiés, et les sourds entendent, les morts ressuscitent, et les pauvres reçoivent la Bonne Nouvelle.

06 Heureux celui pour qui je ne suis pas une occasion de chute ! »

07 Tandis que les envoyés de Jean s’en allaient, Jésus se mit à dire aux foules à propos de Jean : « Qu’êtes-vous allés regarder au désert ? un roseau agité par le vent ?

08 Alors, qu’êtes-vous donc allés voir ? un homme habillé de façon raffinée ? Mais ceux qui portent de tels vêtements vivent dans les palais des rois.

09 Alors, qu’êtes-vous allés voir ? un prophète ? Oui, je vous le dis, et bien plus qu’un prophète.

10 C’est de lui qu’il est écrit : Voici que j’envoie mon messager en avant de toi, pour préparer le chemin devant toi.

11 Amen, je vous le dis : Parmi ceux qui sont nés d’une femme, personne ne s’est levé de plus grand que Jean le Baptiste ; et cependant le plus petit dans le royaume des Cieux est plus grand que lui.

- Acclamons la Parole du Seigneur

 

Mt 11,2-11  l’Avent, un temps de grâce pour «purifier notre foi»

 

Ne pas se laisser submerger par le doute

Mais malgré son questionnement - «Es-tu celui qui doit venir, ou devons-nous en attendre un autre ?» (Mt 11, 3) – Jean-Baptiste de ne se décourage pas. «L’homme de Dieu regarde au-delà, car l’Esprit Saint fait sentir à son cœur la puissance de sa promesse, et il annonce le salut». Croire dans le salut apporté par Dieu transforme tout, comme en témoigne la promesse d’Isaïe («Alors se dessilleront les yeux des aveugles, et s’ouvriront les oreilles des sourds» Is 35, 5-6), puis les œuvres du Christ: «Les aveugles retrouvent la vue, et les boiteux marchent, les lépreux sont purifiés, et les sourds entendent, les morts ressuscitent, et les pauvres reçoivent la Bonne Nouvelle» (Mt 11, 5). «Le salut enveloppe tout l’homme et le régénère», a insisté François.

 

Mourir à soi-même et au péché

Cette heureuse renaissance se réalise à condition de «mourir à nous-mêmes et au péché» a ajouté le Pape. D’où cet appel à la conversion porté par le Baptiste. Il s’agit en particulier «de convertir l’idée que nous avons de Dieu». Le cousin de Jésus lui-même «a dû se convertir à Jésus» lorsqu’il cherchait à le reconnaître. Comme lui, «nous sommes nous aussi appelés à reconnaître le visage que Dieu a choisi de prendre en Jésus-Christ, humble et miséricordieux».

 

Rencontrer le véritable visage de Dieu

Cette conversion est liée à notre foi. Le Saint-Père a en effet expliqué que l’Avent, «temps de grâce, nous dit qu’il ne suffit pas de croire en Dieu: il est chaque jour nécessaire de purifier notre foi». À Noël, on n’accueille pas «un personnage de conte de fées, mais le Dieu qui nous interpelle, qui fait participer et devant lequel s’impose un choix». L’Enfant Jésus prend le visage «de nos frères et sœurs les plus nécessiteux», des pauvres qui «sont les privilégiés de ce mystère» de l’Incarnation.

Le Pape a conclu en invoquant l’aide de la Vierge Marie pour que, durant ces quelques jours nous séparant de Noël, «nous ne nous laissions pas distraire par les choses extérieures, mais nous faisions de la place dans notre cœur» à Celui qui vient encore pour nous guérir et «nous donner sa joie».

 

Le Pape François

 

Es tu Celui qui doit venir

Es-tu celui qui doit venir

visiter nos prisons,

libérer nos mains,

éclairer nos visages

d’un bonheur sans déclin ?

 

Tu es l’Autre que nous attendons,

Jésus, notre semblable,

tu es le plus proche voisin,

l’Emmanuel dans nos prisons.

 

Es-tu celui qui doit venir

traverser notre nuit,

libérer nos yeux

et donner aux aveugles

un soleil sans déclin ?

 

Tu es l’Autre que nous attendons,

Jésus, notre lumière,

tu es notre unique matin,

l’Emmanuel dans notre nuit.

 

Es-tu celui qui doit venir

et qui vient chaque jour

libérer nos vies,

ranimer notre souffle

au passage du tien ?

 

 

Propositions de formation avec Foi et Culture

cliquez et voyez

 

 

&&&&

Cliquez sur l'image

 

 

&&&&

Se former dans le diocèse de Bayonne, Lescar et Oloron

 

cliquez sur l'image

 

 

cliquez sur les images

 

 

 

 

 

                                              

( cliquez sur l'image )